Retour à Protestantisme et société

Retour à l'accueil

III. La mobilisation mondiale des Eglises pour vaincre la violence

A. La Décennie du Conseil Oecuménique des Eglises (COE)

Depuis plusieurs années, tout en poursuivant l'objec­tif de l'unité des Eglises, le Conseil Œcuménique des Eglises, qui représentent quelques 550 millions de chrétiens dans le monde, soutient des actions visant à faire face aux problèmes de la justice, de la paix et de la sauvegarde de la création. Lire la suite

En écho à l’Organisation des Nations Unies, le COE se lance, lors de sa huitième Assemblée à Harare au Zimbabwe, en décembre 1998, dans une « décennie » pour promouvoir la non-violence : la Décennie « Vaincre la violence » 2001-2010.

L'Assemblée invite alors les Eglises, les organisations oecuméniques et toutes les personnes de bonne volonté à oeuvrer ensemble afin de vaincre la violence par la paix et dans la justice.

« Nous avons la conviction que les Eglises sont appelées à apporter au monde un clair témoignage de paix, de réconciliation et de non-violence fondées sur la justice... En tant que chrétiens, nous puisons notre inspiration dans le message évangélique du Christ de paix et dans la riche tradition biblique de paix et de justice... Nous nous engageons à travailler pour promouvoir une culture de paix », Comité Central du COE, peu après l’Assemblée d’Harare.

La décennie du COE s'adresse particulièrement aux Eglises, pour les inciter à réfléchir aux racines de la violence (jusqu'au coeur de leur tradition) et à chercher des moyens non-violents de résolution des conflits. Le site www.vaincrelaviolence.org constitue le point de ralliement de toutes les personnes, Eglises, organisations et communautés qui souhaitent coopérer pour surmonter la violence du monde. La Décennie offre la possibilité de créer des partenariats et d’échanger des expériences et des informations. Un outil de travail sans précédent pour se mobiliser pour la paix et la réconciliation.

A lire aussi : Le rôle du bureau DDV du Conseil œcuménique des Eglises..

 

B. En 2004, les Assises de la Fédération protestante de France

La Fédération protestante de France à répondu à l’appel du Conseil œcuménique des Eglises en organisant en octobre 2004 ses Assises (elles ont lieu tous les 4 ans) sur le thème : Surmonter la Violence.

1. Les Assises 2004

Assises 2004 de la Fédération protestante de France : Du 8 au 10 octobre 2004, 300 délégués des Eglises et associations membres de la Fédération protestante de France ont travaillé à la question « surmonter la violence » dans quatre ateliers ayant pour thème :

• La violence dans nos Eglises
• La violence par les Eglises et les religions
• La violence dans notre société
• La violence d’Etat

Les Assises se sont conclues par une déclaration finale, adressée aux protestants français et les encourageant à :

• inciter les antennes locales de la Fédération Protestante de France à se constituer autour de la lecture des textes bibliques, particulièrement ceux qui traitent de la violence, selon une méthode active ; à les faire lire également dans des Communautés Institutions Œuvres & Mouvements (CIOM) travaillant sur les fractures sociales, et en associant à ce travail de lecture et de recherche biblique les personnes et groupes engagés et compétents en matière de non-violence ;

• soutenir les lieux associatifs concernés par la fracture sociale et économique où l’Etat se désengage, sans se substituer à lui mais pour lui rappeler publiquement ses responsabilités vis-à-vis des personnes migrantes et demandeuses d’asile afin que leurs droits soient respectés,

• soutenir les lieux d’aumônerie, nous souvenant que, prévus par la loi de 1905, ils contribuent à surmonter la violence dans des lieux de rupture sociale (incarcération), personnelle ou familiale (hospitalisation) ou des missions d’intérêt national (conflits armés).

• participer à la mise en oeuvre d’expériences de résolution de conflits en France ou ailleurs, particulièrement là où des religions sont impliquées,

• développer ce qui facilite ou permet la connaissance des autres religions (formation au dialogue interreligieux) ;

• susciter des vocations pour des missions de dialogue dans des zones de conflit (Israël/Palestine, etc.) en lien avec le COE, avec d’autres communions mondiales d’Eglises ou d’autres organismes ;

• encourager des jumelages entre Eglises locales françaises avec des communautés ou groupes dans d’autres pays.

… et par une Recommandation, suivie d’une lettre ouverte au ministre de l’éducation : « La Fédération protestante de France, s’appuyant sur la résolution A/53/25 du 19 novembre 1998 de l’ONU qui invitait « les Etats membres à prendre les mesures nécessaires pour que la pratique de la non-violence et de la paix soit enseignée à tous les niveaux de leurs sociétés respectives, y compris dans les établissements d’enseignement », demande au Ministre de l’Education « de promouvoir l’éducation à la paix et à la non-violence dans notre système éducatif, de développer dans la formation des enseignants l’acquisition de compétences leur permettant de prévenir la violence, la traiter et résoudre les conflits et donner accès à tous les adultes travaillant sur un site scolaire à une formation continue sur la résolution de conflits et la médiation. »

2. Le dossier préparatoire : contribution de la Fédération protestante de France à la Décennie « vaincre la violence »

Les délégués n’étaient pas partis aux Assises 2004 les mains vides mais avec un solide dossier préparatoire qui invitait – et qui nous invite toujours ! – à réfléchir à la violence d’un point de vue sociologiques, anthropologique, politique, économique, psychologique, biblique, théologique. Le pasteur François Clavairoly présentait le dossier en rappelant :

« Notre foi interdit la résignation — il n’y a aucune fatalité à la violence et cela doit être dit. Nous sommes associés à Celui qui nous a fait passer de la mort à la vie; avec lui nous sommes engagés à lutter en nous et autour de nous contre tout ce qui détruit la vie. »